Accès Extranet
Nouvelles formations à distance ! Prise en charge par l’État à 100% pour les salariés en activité partielleCoupable French Tartinable, un accompagnement pour des tartinables « fait-maison » de qualitéLe guide ACTIA « Aptitude des emballages au contact des aliments » mis à jour en français et disponible en anglaisRévision des BREF Food Milk and Drink : le point du CTCPALancement du projet STRETCH : vers des films plastiques de hautes performances ET recyclables ?Un nouvel article de microbiologie sur la détection de Listeria monocytogenes et Pseudomonas fluorescens8ème édition du Concours National de la Création Agroalimentaire Bio
Un nouvel article de microbiologie sur la détection de Listeria monocytogenes et Pseudomonas fluorescens

15 avr. 2019

Réduire ou éliminer les emballages, et si c’était possible ?

distributeur produits vracsLes circuits de distribution des produits « en vrac » sont devenus des sources d’inspiration pour l’éco-innovation dans des secteurs qui vont bien au-delà des céréales en magasin BIO. En effet ces modes de distribution sont beaucoup plus évolués qu’ils en ont l’air et leur écobilan favorable ne découle pas d’une « élimination » des emballages, mais de la séparation du processus de conservation du produit en deux étapes : 1) de la fabrication à la distribution, et 2) du cycle de consommation.

La première phase s’appuie sur des conditionnements de grande capacité, et de performance de conservation élevée, ou du moins assurant le maintien des qualités du produit dans le pire des cas de durée de distribution / vente (ceci peut représenter des durées relativement longues s’il s’agit d’absorber des saisonnalités de production).

La seconde phase est un cycle de consommation court, elle est donc associée à des contenants qui vont assurer les fonctions attendues au regard des caractéristiques du produit et du mode de consommation (immédiat / différé).

Pour les produits périssables non consommés immédiatement, les solutions développées pour les produits secs ne conviendront évidemment pas. L’une des réponses consistera à conditionner les produits dans des emballages primaires assurant les fonctions d’étanchéité vis-à-vis des contaminations extérieures ; ces emballages très sommaires n’assureront que les performances attendues pour le cycle de consommation ; pour le reste et notamment pour les fonctions barrières ou la rétention des gaz d’atmosphère protectrice, les fonctions évoluées pourront être assurées par des containers barrières aux gaz « surremballant » un vrac de produits conditionnés de façon sommaire.

Transférer toute la technicité des emballages au niveau de containers recyclables voire réutilisables a des conséquences sur les responsabilités mises en jeu dans la chaine de valeur : l’expertise emballage et préservation se décalera en partie en direction de la chaine de distribution ; pas simple donc, mais à construire pour mieux répondre aux enjeux environnementaux.

 

 Contact : Patrice Dole

ITAI - CTI - CRT - COFRAC - CIR - INSTITUT CARNOT