Protochlean : le RMT Actia Chlean démarre un projet sur les biofilms

19/11/2012

Le RMT Actia Chlean s’implique dans un projet de recherche qui vise à définir une méthodologie standardisée pour l’étude de l’adhésion bactérienne et la formation de biofilms. Le projet Protochlean d’une durée de 18 mois s’attachera à reproduire des biofilms naissants représentatifs de ceux formés dans l’industrie de la viande ; puis à définir une méthode reproductible d’évaluation de l’efficacité des biocides sur les bactéries adhérentes.

Le RMT Actia Chlean – réseau mixte technologique - s’implique dans un projet de recherche qui vise à définir une méthodologie standardisée pour l’étude de l’adhésion bactérienne et la formation de biofilms. Le projet Protochlean d’une durée de 18 mois s’attachera à reproduire des biofilms naissants représentatifs de ceux formés dans l’industrie de la viande ; puis à définir une méthode reproductible d’évaluation de l’efficacité des biocides sur les bactéries adhérentes. L’Ifip, l’Adiv, AgroParisTech et l’Adria Normandie qui collaborent au projet ont commencé à préparer des exsudats de bœuf, porc et volaille qu’ils utiliseront pour souiller des coupons d’acier inoxydable et de PVC avant d’y faire adhérer des bactéries d’altération (Brochotrix et  Pseudomonas) et des bactéries pathogènes (Salmonella et Listeria monocytogenes).

 

Si le RMT Actia Chlean s’investit dans ce projet qui doit déboucher sur la rédaction d‘un guide, c’est parce que les normes existantes d’évaluation de l’efficacité des biocides mesurent l’action du désinfectant sur les bactéries libres et non sur les bactéries adhérées qui ont un comportement très différent. « L’objectif du programme en cours est d’apporter un complément aux normes et de proposer une méthode d’évaluation de l’efficacité des désinfectants sur les bactéries adhérées. Surtout qu’en règle générale, les normes existantes décrivent le protocole à suivre pour évaluer l’efficacité du biocide sur des souches de collection, alors qu’il est plus intéressant pour un industriel de mesurer l’action du désinfectant sur la flore d’altération à laquelle il est confronté sur le terrain », explique Catherine Denis, responsable des projets en microbiologie à l’Adria Normandie.

Le RMT Actia Chlean (Conception hygiénique des équipements et amélioration de leur nettoyabilité), créé en 2009 et coordonné par le CTCPA, rassemble dix-huit partenaires issus de centres techniques, organismes de recherche et enseignement supérieur. Le réseau mixte technologique est actuellement impliqué dans plusieurs autres projets de recherche. Parmi ceux-là : un programme visant à étudier le transfert des bactéries d’une surface contaminée à l’aliment, et vice versa ; mais aussi un projet visant à développer des surfaces dont les propriétés physico-chimiques limitent la propension d’adhésion des microorganismes.

Le Réseau mixte technologique (RMT) Chlean est un outil de partenariat scientifique et technique, mis en place et soutenu par le ministère chargé de l’Agro-alimentaire sous la coordination de l’Actia.
 

Contact : Christophe Hermon, CTCPA Nantes, nantes@ctpca.org

___________________________________________________________________________________________________________

A voir également :

La conception hygiénique des équipements au CTCPA

Optimisation du nettoyage : une action collective dans les industries agroalimentaires de Franche-Comté, Conception hygiénique : des enseignants du Ministère chargé de l'agriculture formés par le RMT Actia Chlean